Comment faire revenir les abeilles dans nos jardins ?

Publié le 1 avril 2019 à 18:17 Jardin et potager | 372 vues

Où sont passées les abeilles ? Chaque année, le renouvellement des ruches diminue avec des pics parfois inquiétants pour ces insectes essentiels à la survie de l’Homme.   

Ce n’est un secret pour personne, les abeilles traversent une passe très difficile de leur existence sur Terre. Touchées par ce qu’on a appelé vers la fin des années 1990 le CCD (Colony Collapse Disorder) ou en français le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles, les butineuses ont subi un effondrement massif à partir de 1998 en Europe et aux Etats-Unis à partir de l’hiver 2007 où leur population a décru de 25 %. Pour preuve, la production de miel a diminué de moitié en France depuis deux décennies. Difficile de déterminer les raisons d’un tel carnage, la faute en partie à une entreprise de désinformation de la part du secteur des pesticides.

Plusieurs facteurs

Il semblerait que malgré l’influence de ces derniers dont les plus célèbres demeurent les néo-nicotinoïdes, d’autres facteurs entrent en jeu. Les parasites comme le Varroa destructor de provenance asiatique dans les années 1970 et d’autres bactéries provoquant des diarrhées aiguës et fatales, l’introduction malencontreuse du frelon d’Asie en 2004, sont pour leur part accusés de créer une synergie vicieuse avec les pesticides. En cause également, la raréfaction des plantes mellifères due à certaines pratiques agricoles rendant difficile l’approvisionnement en pollen pour les abeilles.

C’est peut-être sur ce dernier point que le citoyen lambda peut agir, car rappelons-le, les abeilles sont indispensables à la pollinisation des plantes fournissant un tiers de l’alimentation mondiale selon le CNRS. À petite échelle, il est possible de privilégier les plantes mellifères dans son jardin c‘est-à-dire une flore au nectar abondant, au pollen de bonne qualité et surtout accessibles pour les abeilles.

Les plantes aromatiques sont tout à fait propices à une pollinisation de qualité grâce à leur odeur naturelle qui à la fois attirent les abeilles et repoussent les insectes nuisibles. On privilégiera les plantes aromatiques aux fortes odeurs comme la sarriette, la sauge, la menthe, la bourrache ou la lavande. Ces plantes aromatiques conféreront de plus un beau panel de couleur à votre jardin.

Bourrache ©adobe

Recréer un espace hospitalier

Certaines plantes décoratives en plus d’offrir un fabuleux cachet à vos espaces verts se révèlent de très bonnes productrices de nectar d’autant plus si elles aiment le soleil. Essayer plusieurs espèces de fleurs différentes afin d’étaler la période de pollinisation sur le printemps l’été et l’automne, toutes ne germent pas à la même période de l’année. Ainsi, les roses trémières se plantes de septembre à mai (hors périodes de fortes gelées), le lys préférera l’été pour sa floraison, le tournesol peut quant à lui être semé entre avril et mai dans un sol par conséquent réchauffé (au moins 8°C), la campanule se plante entre mars et novembre selon les variétés et peut voir sa floraison arriver dès le mois de mai enfin la bruyère est arrangeante se plantant toute l’année hors période de gels évidemment. N’oubliez pas les fleurs sauvages qui ont souvent les avantages d’être résistantes au froid et ne demandent pas d’entretien comme les pissenlits, les moutardes, les trèfles des prés, les coquelicots, les achillées ou les pâquerettes.

Rose trémière

N’oubliez pas arbres et arbustes

Marronnier

Lorsque l’on pense au processus de pollinisation, on oublie parfois un peu vite que certains arbres, arbustes et plantes grimpantes peuvent également être de merveilleux fournisseurs de nectars. Outre les abeilles, les papillons s’en accommodent aussi très bien. En premier lieu les bouleaux peuvent donner un coup de pouce aux colonies d’abeilles pour leur démarrage, leur pollinisation commence en effet au tout début du printemps, tout comme le tilleul ou le marronnier d’Inde. Pour ce qui est des arbustes, on vous laisse deviner l’avantage de planter des framboisiers qui feront donc double-emploi au printemps et en été. Parmi les plantes grimpantes, le lierre reste intéressant apportant de la nourriture aux abeilles jusqu’à l’automne, de quoi faire des réserves pour l’hiver. Bons producteurs de nectars également, la glycine et sa majestueuse floraison ainsi que la vigne vierge au rouge profond apporteront une touche d’esthétique majeure à l’ensemble de votre jardin.

Glycine

Quoi de mieux que de voir son petit espace de verdure grouiller de vie. Avec toute cette préparation végétale, on a bon espoir qu’abeilles, bourdons et papillons éliront leur futur domicile chez vous. 

 

 

 

Martin Dawance

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème