Les couches-culottes peuvent enfin se recycler

Publié le 31 octobre 2017 à 14:29 Aujourd'hui | 1495 vues

La multinationale Procter & Gamble s’est associée au fabricant italien de produits d’hygiène Angelini afin de recycler les couches-culottes pour bébés. Une première dans le monde.

Au cours de sa vie, un bébé aurait besoin de plusieurs milliers de couches avant qu’il ne soit propre, soit plusieurs dizaines (voire centaine) par mois. En France, on estime que plus d’un million de couches sont utilisées chaque année, soit autant de déchets à éliminer. Ces derniers finissent incinérés ou dans une décharge car il est difficile de séparer les différents composants des couches. Dans un souci de réduction des déchets et donc de protéger l’environnement, de plus en plus de parents délaissent les couches des grandes surfaces pour se tourner vers des couches lavables. Ces dernières seraient réutilisables à l’infinie. Désormais les couches conventionnelles ont enfin un impact moindre sur l’environnement et peuvent être recyclées grâce à une usine italienne, qui a été inaugurée la semaine dernière à Trévise, en Italie.

Des couches transformées en cintres ou revêtement agricole

Ce projet a vu le jour grâce à un partenariat entre la multinationale américaine Procter & Gamble, propriétaire de Pampers et Tampax, et la société de fabrication de produits d’hygiène Angelini. Après 10 ans de recherche, ils ont mis au point une technologie permettant de séparer les différents composants des couches-culottes. Concrètement, ces dernières sont acheminées dans une énorme cuve à vapeur via un tapis roulant. Après 45 minutes, elles sont ouvertes, lavées, et stérilisées. Elles sont ensuite broyées et déshydratées. Alors que les matières qui composent les couches (plastique, cellulose, polymère) sont triées, celles organiques sont envoyées dans une station d’épuration. Par la suite, la cellulose et le plastique sont séchés pour en faire des cintres ou encore des emballages en plastique. Le polymère est réutilisé afin de servir de revêtement agricole pour retenir l’eau de pluie.

Pour l’heure, la collecte de couches se fait auprès des maternités, des maisons de retraite, dans des points de collecte ou encore grâce au porte-à-porte. Une tonne de couches usées permettrait de récupérer 350 kg de matières dont 50% de plastique (175 kg), 25% de cellulose (87,5 kg) et 25% de polymères. « Si le recyclage des produits absorbants [polymères] usagés était étendu à toute l’Italie, cela permettrait chaque année d’éliminer l’équivalent du contenu de 3 décharges », affirme un porte-parole de Fater, coentreprise italienne de Procter & Gamble et Angelini qui a développé le procédé, cité par L’Usine Nouvelle. Un procédé qui a un double avantage. En plus de réduire l’impact sur l’environnement, cela permet de faire des économies puisqu’une tonne de polymère vierge ne vaut pas moins de 2 000 euros. Pour le moment, l’usine ne peut accueillir que 10 000 tonnes de couches par an. L’objectif est de développer ces usines dans toute l’Europe.

Marie Bascoulergue

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème