Et si vous deveniez éleveur de poules ?

Publié le 7 mars 2018 à 10:12 Aujourd'hui | 992 vues

Cocorette, une entreprise arrageoise qui commercialise des oeufs, a lancé l’opération « Poule-Emploi ». Le but : recruter des éleveurs de poules, notamment chez les citadins qui veulent changer de vie. 

Métro, boulot, dodo… Qui n’a jamais souhaité vouloir tout plaquer pour élever des animaux à la campagne ? C’est désormais possible grâce à Cocorette. Située dans le nord de la France, à Arras (Pas-de-Calais), cette entreprise spécialisée dans l’achat et la distribution en gros d’œufs de poules a lancé une campagne de recrutement à l’occasion du 55ème Salon International de l’Agriculture. Pour cela, une seule adresse : Poule-Emploi. Cette plateforme au nom insolite s’adresse avant tout au « néo-paysan », à savoir « des hommes et des femmes souvent habitués à la vie citadine, sa population, ses voitures et sa vie à mille à l’heure » désireux de tout quitter pour changer de vie et revenir aux sources. « La tendance est à un besoin de retour aux sources, à la nature, à une alimentation saine. Ça tombe bien, c’est tout l’univers de Cocorette, leader de l’œuf alternatif (bio, plein air, label rouge) », a déclaré Olivier Coudrette, directeur général, dont les propos ont été repris par plusieurs médias. Les citadins intégreront le réseau de 450 éleveurs, dont 90% sont des femmes.

Une reconversion qui prend du temps

Devenir éleveur de poules ne s’improvise pas du jour au lendemain. « Chez Cocorette, on adore les néo-paysans. Mais ce qu’on aime le plus, c’est partager avec eux et les accompagner », explique l’entreprise sur son site Internet. C’est ainsi que la société détaille les sept étapes pour rejoindre l’aventure Cocorette. Tout d’abord, vous devez « faire un signe » et entrer en contact avec Cocorette. Suite à quoi, un technicien du secteur « passe vous faire un coucou » afin de vous présenter l’entreprise, son histoire et le métier d’éleveur pour « bien comprendre où vous mettez les pieds ». Afin de  proposer une production en accord avec vos envies, des informations concernant vos attentes, votre façon de voir le monde de l’élevage ou encore sur votre vie en général vous seront demandées. Cocorette vous octroie ensuite le droit à la réflexion pour « laisser mûrir le projet » et vous permettre de vous « projeter dans votre élevage de demain ». Vous aurez ensuite la possibilité de visiter un centre de conditionnement et un élevage avant de s’atteler « à la paperasse ». « Et l’œuf sur le gâteau : un petit passage par la banque. Si votre dossier tient la route, vous pouvez même y aller les yeux fermés ! », lit-on sur le site de Poule-Emploi. Comptez entre 9 et 12 mois, en moyenne, entre l’acceptation du dossier et l’arrivée des premières poules.

En cas de doute, un petit cocotest est disponible ici afin de savoir « si vous [avez] déjà l’âme d’un éleveur Cocorette sans le savoir ». L’entreprise arrageoise explique également quelle serait votre vie si vous franchissez le pas, que vous décidiez de devenir un « éleveur prudent », un « éleveur à mi-temps » ou un « éleveur à temps plein ». Chaque profil est ainsi accompagné d’un témoignage d’un citadin en reconversion. Alors, prêt à « poulestulez » ?

Marie Bascoulergue

Surprise

Une semaine après la France, Loop arrive aux USA

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème