« Earth Hour » : ce samedi, le monde éteint ses lumières

Publié le 22 mars 2018 à 12:26 Aujourd'hui | 817 vues

La 12ème édition d’«Earth Hour», la plus grande mobilisation internationale pour la planète organisée par le WWF, aura lieu ce samedi 24 mars. Aux quatre coins du monde, de nombreux bâtiments et monuments, comme la Tour Eiffel, seront plongés dans le noir pendant une heure.

Lancée en 2007 avec un seul événement à Sydney (Australie), l’opération « Earth Hour » (une heure pour la planète) est désormais organisée aux quatre coins du globe. De Singapour à Honolulu, en passant par Moscou, Londres, Paris ou encore New York, près de 7 000 villes dans 187 pays avaient participé l’an dernier à cette grande mobilisation internationale initiée par le WWF, en éteignant les lumières de leurs édifices emblématiques. Objectif : sensibiliser à la question du réchauffement climatique. Cette année, l’Earth Hour aura lieu ce samedi 24 mars. Comme pour les éditons précédentes, de nombreux bâtiments et monuments, tels que l’Opéra de Sydney et le Christ Rédempteur de Rio, seront plongés dans le noir pendant une heure, à partir de 20h30 heure locale. Les citoyens seront également invités à éteindre leurs lumières. À Paris, la Tour Eiffel enlèvera elle aussi ses habits de lumière. La capitale n’est pas la seule à participer à l’événement. La Métropole Rouen Normandie et ses communes ont également décidé de se mobiliser pour la planète. Ce sont ainsi dix monuments, dont la Cathédrale et l’église Saint Maclou, qui seront éteints samedi à 20h30. Certains restaurants proposeront des dîners aux chandelles et les communes de la métropole éteindront aussi vitrines et lumières.

Pour le climat… et la nature !

Cette année, en plus du réchauffement climatique, il sera question de la nature et de la sauvegarde de la biodiversité. « Après trois années de mobilisation mondiale contre le dérèglement climatique, Earth Hour 2018 marquera le coup d’envoi par le WWF d’un engagement sans précédent pour la Nature dans la perspective de la Conférence de l’ONU sur la biodiversité et du congrès de l’UICN qui se tiendront tous les deux en 2020 (respectivement en Chine et en France). L’enjeu : réussir à faire pour la Nature ce que nous avons réussi à Paris en 2015 pour le Climat », a déclaré Pascal Canfin, directeur général du WWF France, dans un communiqué. Et d’ajouter : « Nous n’avons qu’une seule planète et détruire la nature comme nous le faisons, c’est scier la branche sur laquelle nous sommes assis. » Dans son rapport « La Nature face au choc climatique » publié le 14 mars dernier, l’ONG avait tiré la sonnette d’alarme : « Dans un futur à +4,5°C, près de 50% des espèces qui vivent actuellement dans les régions les plus riches en biodiversité seront menacées d’extinction d’ici 2080. Alors que dans un monde à +2°C, ce risque est réduit de moitié. » Le changement climatique affecte la faune et la flore. Il est donc urgent d’agir.

Le 24 mars, le WWF mettra en lumière des projets de protection de l’environnement : en Colombie, autour d’une politique zéro déforestation d’ici 2020 ; au Guatemala, pour la préservation de l’eau douce ; en Inde, pour des modes de vie plus durables ; ou encore au Népal, pour des énergies propres et renouvelables.

Plus d’infos sur le site earthhour.fr et sur l’événement Facebook. Il est aussi possible de suivre le mouvement via le hashtag #Connect2Earth.

 

Justine Dupuy

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème