Élection présidentielle : les produits dérivés des candidats sont-ils made in France ?

Publié le 14 avril 2017 à 10:22 Made in France | 1572 vues

Tous les candidats à la présidentielle 2017 prônent la fabrication française. Mais leurs goodies sont-ils made in France ? Voici la question que s’est posée la Fédération Indépendante du Made in France (FIMIF).

Pendant plusieurs mois, la Fédération Indépendante du Made in France (FIMIF) a cherché à savoir où étaient fabriqués les nombreux produits dérivés des candidats à l’élection présidentielle de 2017. Afin de vérifier la provenance des différents objets, elle a téléphoné au personnel en charge des e-shops ou s’est « directement déplacée dans les espaces de vente ». Résultat ? François Fillon (Les Républicains) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) font partie des bons élèves. Le « milieu de la classe » est constitué d’Emmanuel Macron (En Marche!) et Benoît Hamon (Parti socialiste). Marine Le Pen (Front National), Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et François Asselineau (Union Populaire Républicaine) figurent parmi les mauvais élèves. Si 100 % des tracts et des affiches sont imprimés en France, seuls 64 % des produits sont d’origine française. Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière), Jacques Cheminade (Solidarité et Progrès), Jean Lassalle (Résistons !) et Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste) ne figurent pas dans l’étude puisque ces derniers ne proposent pas de produits dérivés.

François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan : 100 % made in France

Selon la FIMIF, François Fillon et Nicolas Dupont-Aignan, très transparents sur l’origine de leurs produits, produisent la totalité de leurs goodies en France. En effet, « les produits dérivés de François Fillon, dans la boutique Une volonté pour la France, sont fabriqués en France : les articles textiles (t-shirt, polos, bonnet et sweat) sont fabriqués en Bretagne, les stylos sont produits en Île-de-France tandis que les drapeaux sont réalisés dans le département du Nord», explique la fédération. Quant à Nicolas Dupont-Aignan, la boutique en ligne Debout la France  propose également des produits 100 % made in France : « les pin’s et les porte-clés sont fabriqués par une entreprise de la région parisienne (77), le textile est réalisé par un atelier d’Alsace. Nous avons par ailleurs eu l’occasion d’effectuer une vérification auprès des producteurs, qui nous ont confirmé la fabrication française de ces produits », précise la FIMIF.

Benoît Hamon et Emmanuel Macron : 50 % made in France

Toujours dans leur étude, l’association déclare que chez Emmanuel Macron et Benoît Hamon, les produits ne sont pas tous fabriqués en France. Et ce malgré une volonté de bien faire. Pour En Marche !, outre les stylos quatre couleurs de la marque Bic, la boutique vend également des mugs, ainsi que des sacs tote bags écrus fabriqués en France. En revanche, les sweats et les pin’s sont, eux, produits en Espagne. En ce qui concerne la boutique du Parti Socialiste, les t-shirts sont réalisés dans le Nord de la France tandis que l’ensemble des marquages sur les produits est réalisé en région parisienne. Cependant, la provenance des chapeaux en paille, des sacs à dos ou encore des parapluies reste inconnue.

Marine Le Pen, François Asselineau et Jean-Luc Mélenchon : le flou

Étonnement, les produits dérivés de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen  ne sont pas tout à fait produits en France. En effet, si d’après le FN (qui a refusé plusieurs entretiens téléphoniques à la FIMIF), « 80 % des objets sont réalisés en France », la fédération, elle, estime que c’est un peu moins de la moitié qui serait effectivement d’origine française : « le site affirme que certains produits sont fabriqués en  France : porte-clés, mugs et pin’s, sacs tote bags et casquettes. En revanche, les autres textiles (t-shirts et écharpes), fournitures de bureau et accessoires (montres, médailles etc…) ne sont pas fabriqués en France ». Quant à la boutique en ligne de Marine Le Pen, l’association indique que les badges et porte-clefs sont réalisés dans l’Hexagone. Mais les briquets sont produits en Chine et les mugs et les polos en Europe. La FIMIF n’a pas pu vérifier l’origine des t-shirts, « dont le prospectus précise qu’ils sont fabriqués en France alors que la boutique en ligne ne mentionne pas la provenance ».

Sur le site de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon, si les badges, les gobelets et quelques tote bags sont de fabrication française, ce n’est pas le cas pour la plupart des articles. Par exemple, les mugs viennent de Chine comme les membres de la FIMIF ont pu le remarquer sur des cartons où la provenance « Made in China » a été « rayée par les vendeurs ». Les textiles, eux, sont fabriqués au Maroc. Quant aux autocollants, bracelets, carnets et colliers, leur provenance n’est pas connue.

Le candidat François Asselineau et le parti UPR ont fait boutique commune. Dans la boutique en ligne, il est possible de se procurer 22 produits différents. On y retrouve notamment une offre de drapeaux français, et de 3 t-shirts. « L’origine française n’est indiquée que pour un seul des trois t-shirts, ce qui laisse planer le doute sur la provenance des deux autres », note l’association. Et de souligner : « cette pratique consistant à indiquer une origine sur un produit lorsqu’elle est flatteuse, et à l’omettre lorsqu’elle ne l’est pas s’apparente à du clientélisme ». En revanche, selon les investigations de la FIMIF, les badges sont réalisés en France, dans un atelier du 19ème arrondissement de Paris. Les drapeaux sont fabriqués dans l’Hexagone mais les boutons de manchette et les conférenciers sont, eux, réalisés en Chine.

Par rapport à 2015, la FIMIF applaudit la hausse du made in France. D’après ses estimations, ce sont environ 50 personnes que les produits dérivés ont permis de faire travailler dans nos usines textiles du Nord, de Bretagne et d’Alsace. « Un bon chiffrage que l’on ne doit toutefois qu’à la moitié des partis, et qui pourrait être encore augmenté puisque les « mauvais élèves » continuent de faire produire au Maroc et en Espagne », estime-t-elle. Reste que si tous les partis avaient fait le choix d’une fabrication française, ce sont 33 postes supplémentaires qui auraient pu être créés.

Retrouvez l’enquête de la Fédération Indépendante du Made in France, ici.

Maguelonne Rigal

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème