Les élevages d’animaux à fourrure seront interdits en Norvège d’ici 2025

Publié le 16 janvier 2018 à 11:51 Aujourd'hui | 1374 vues

Le gouvernement norvégien a décidé de mettre un terme aux élevages d’animaux à fourrure. Dans les sept prochaines années, près de 250 fermes vont être démantelées. 

Nouvelle victoire pour les défenseurs de la cause animale. Dimanche 14 janvier 2018, l’association de défense des animaux en Norvège Noah a fait savoir que le gouvernement allait totalement faire interdire les élevages d’animaux à fourrure d’ici à 2024-2025. Une mesure qui se fera progressivement avec le démantèlement de 200 à 250 fermes exploitant 610 000 visons et 150 000 renards, estime le ministère de l’Agriculture norvégien, dont les données ont été reprises par Le Monde. Pour l’heure, les détails de ce démantèlement ainsi que le montant des compensations financières pour les fermes ne sont pas connus. Ils devront l’être prochainement afin que cette mesure soit votée par le Parlement.

Cette décision fait suite à un combat de 28 ans de l’association Noah. D’ailleurs, sa directrice Siri Martinsen a salué cette décision et a estimé qu’il s’agissait d’une « grande victoire pour les animaux et ceux qui se battent pour les défendre », rapporte Le Monde. Un avis partagé par Sveinung Fjose, de Menon Business Economics. « C’est n’est pas une activité très lucrative en Norvège », a-t-il déclaré. Si le gouvernement venait à les fermer « cela ne nuirait pas gravement à l’économie norvégienne », a-t-il poursuivi. En Norvège, l’exploitation de renard a explosé en 1939, juste avant la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, le pays était le plus gros producteur au monde avec près de 20 000 exploitations. Près de 75 ans après, le Royaume ne produisait plus que « 3% des 7,3 millions de fourrures de renard dans le monde » et seulement « 1% de la production mondiale de visons ». Ces deux marchés sont désormais dominés par la Chine.

Des mesures prises dans 14 pays européens

Ce n’est pas la première fois qu’un pays prend de telles mesures pour faire interdire ce genre d’élevage. En Europe, le Royaume-Uni (2000), l’Autriche (2004) et les Pays-Bas (décision votée en 2013, effective en 2024) ont déjà pris des initiatives similaires. En juillet dernier, le Sénat tchèque a donné son approbation pour rendre illégaux les élevages des animaux à fourrure à partir de janvier 2019. Dans ce pays, il n’existe pas moins de neuf fermes de ce type pour un total de 20 000 animaux tués chaque année. La majorité des peaux est destinée à l’exportation. Selon Humane Society International, la Tchéquie est devenue la 14ème nation européenne à abandonner l’élevage d’animaux à fourrure.

Quant au milieu de la mode, la fourrure est monnaie courante. Cependant, de plus en plus de marques décident de s’en passer. Certaines enseignes ont même officialisé leur engagement auprès de l’Alliance Sans Fourrure (Fur Free Alliance) ou Mode Sans Fourrure. Parmi elles, H&M, Jennyfer, Brice, Uniqlo, Promod ou encore Le coq sportif. Plus récemment, c’est la marque Gucci qui a franchi le cap ainsi que Michael Kors, célèbre pour ses sacs à main. Vous pouvez retrouver la liste des marques ne vendant plus de vraie fourrure ici et celle qui en vendent ici.

Marie Bascoulergue

  1. c’est bien trop long ,encore beaucoup de souffrances inadmissibles et cruelles en attendant.
    cela c’est déjà un grand evènement ,que soit réalisé ceci pour tous les pays .
    cordialement

Surprise

Handiplanet : la première plateforme collaborative pour voyager sereinement

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème