« The Longest Swim » : il va traverser le Pacifique à la nage

Publié le 4 avril 2017 à 9:15 Demain | 1123 vues

À 49 ans, le Franco-Américain Benoît Lecomte se lance un défi de taille : relier Tokyo à San Francisco en nageant huit heures par jour pendant six mois. Au cours de sa traversée, des recherches océaniques et médicales seront menées.

Benoît Lecomte n’est pas un nageur comme les autres. Son bassin de prédilection n’est pas la piscine mais l’océan. En 1998, il devenait le premier homme à traverser l’Atlantique à la nage sans planche pour soutenir la recherche contre le cancer, en hommage à son père. Après 5 900 kilomètres parcourus et 73 jours de nage, il avait réussi à relier Boston à Quiberon. « Plus jamais », avait-il lâché à son arrivée. Mais le goût de l’adrénaline et son amour pour l’océan ont finit par le rattraper. Il souhaite maintenant traverser le Pacifique, et relier Tokyo à San Francisco à la nage. Un défi encore jamais réalisé par l’Homme !

Pour effectuer les 8 800 kilomètres qui séparent les deux villes, Benoît Lecomte prévoit de nager huit heures par jour pendant 180 jours avec une vitesse moyenne de 2,5 nœuds. Et grâce aux courants du Kuroshio et du Pacifique Nord, il atteindra une vitesse moyenne de 48 kilomètres par jour. Bien entendu, il ne sera pas seul. Tout au long de son parcours, il sera suivi et épaulé par un équipage à bord d’un bateau d’escorte de 20 mètres de long, nommé le « Discover ». Un zodiac électrique sera aussi là pour l’assister, le ravitailler et le secourir en cas d’urgence. Benoît Lecomte sera suivi par une équipe de médecins et d’experts à terre. Ils suivront à distance l’évolution de sa condition physique. Après sa journée de nage, il remontera à bord du voilier où il pourra manger et se reposer. Le lendemain, il repartira à l’endroit précis où il s’était arrêté.

Pour la science et la protection des océans

Outre la performance sportive, c’est « au nom de la science et de la protection des océans » que Benoît Lecomte effectuera cette incroyable traversée. Il souhaite attirer l’attention sur l’impact des activités humaines sur l’océan et contribuer à la recherche scientifique. Baptisé « The Longest Swim », son projet a pour objectif de collecter des données sur l’océan et le corps humain pour huit programmes scientifiques pilotés par 13 institutions renommées, telles que la Nasa ou l’Institut Océanographique de Woods Hole.

Parmi les missions, les chercheurs qui l’accompagneront récolteront notamment des échantillons afin d’analyser la qualité de l’eau, le taux d’acidification de l’océan et d’estimer les conséquences néfastes du réchauffement climatique sur les coraux et l’équilibre de la vie marine. Ils étudieront également les microplastiques qui polluent l’océan. Lors de son parcours, Benoît nagera en effet 1 600 kilomètres à travers le vortex de déchets du Pacifique. L’occasion pour les scientifiques d’étudier aussi les microbes qui se sont multipliés autour de ces détritus. Ils mesureront leur impact sur l’écosystème et leur potentiel de croissance.

Outre les déchets plastique, ils analyseront également les particules radioactives libérées lors de l’accident nucléaire de Fukushima en 2011. Celles-ci se sont répandues dans l’océan et se déplacent dangereusement vers l’Ouest. Benoît, qui portera un bracelet capable de capter les césiums radioactifs, empruntera le même chemin que ces déchets nucléaires. L’équipe de chercheurs pourra déterminer à quelle vitesse se déplacent les particules radioactives. Les scientifiques pourront calculer leur concentration dans l’océan Pacifique.

Benoît sera le cobaye idéal pour savoir si l’exercice intense affecte le développement bactérien de notre corps. Des prélèvements ADN de ses intestins et de son épiderme seront effectués. Le cœur de Benoît sera aussi surveillé et les données récoltées permettront aux chercheurs d’estimer les conséquences de l’exercice physique sur l’organe et de déterminer si l’activité sportive intense peut provoquer des lésions. Des études sur la gravité seront aussi menées. Benoît sera immergé pendant huit heures par jour « ce qui élimine deux gradients gravitationnels : de la tête aux pieds et de l’avant vers l’arrière. Dans ces conditions, The Longest Swim se présente comme une simulation unique pour étudier les effets de la faible gravité sur le corps lors des voyages spatiaux de longue durée », explique-t-on sur le site du projet.

Dans le Pacifique, le nageur devra toutefois faire attention aux requins blancs. Il traversera en effet une zone dans laquelle les squales ont l’habitude de se reproduire. Par mesure de précaution, il sera ainsi équipé au poignet d’un bracelet anti-requin, dégageant un champ magnétique qui devrait tenir à distance les prédateurs. En 1998, il a été suivi, pendant cinq jours, par un requin. Ce qui ne devait pas le rassurer…

Suivre sa traversée

Benoît Lecomte et son équipe partageront leur expérience sur le site de The Longest Swim, sur l’application dédiée et sur les réseaux sociaux. Les internautes pourront leur envoyer des messages et suivre l’avancée de Benoît et ses performances dans l’océan sur une carte interactive.

Le budget de l’expédition s’élève à 385 000 dollars (environ 360 000 euros). Benoît a encore besoin de 50 000 euros. Une campagne de financement participatif a été lancée sur la plateforme Kickstarter. La somme récoltée servira à financer la connexion satellite et les six mois de stocks de nourriture. Un poste conséquent puisqu’il devra ingérer environ 8 000 calories par jour s’il veut tenir la distance. Ça en fait des pâtes et des fruits secs !

Voilà quatre ans qu’il s’entraîne physiquement et psychologiquement pour ce long périple. Début de l’aventure : le 31 mai prochain.

parcours-the-longest-swim

bateau-the-longest-swim

Les huit thématiques qui seront étudiées :

the-longest-swim-recherches

Marine VAUTRIN

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème