Faune et flore : plus de 400 nouvelles espèces découvertes en Amazonie

Publié le 1 septembre 2017 à 12:36 Aujourd'hui | 1096 vues

WWF et l’institut brésilien Mamirauá ont publié, mercredi 30 août, un rapport sur l’état de la faune et de la flore en Amazonie. Résultat :  381 nouvelles espèces de plantes et d’animaux ont été identifiées cette année. 

C’est une bonne nouvelle pour notre environnement. Pour une fois, on n’annonce pas la disparition d’espèces animales ou végétales. Selon un rapport du Fonds mondial pour la nature (WWF) et l’Institut brésilien Mamirauá, publié mercredi 30 août, 381 nouvelles espèces de plantes et d’animaux ont été identifiées en Amazonie. La liste comporte 216 plantes, 93 poissons, 32 amphibiens, 19 reptiles, 1 oiseau et 20 mammifères dont deux fossiles. Selon le rapport, une nouvelle espèce est découverte tous les deux jours en Amazonie. Parmi elles, on peut retrouver un poisson Maratecoara gesmonei, un dauphin Inia araguaiaensis ou encore un primate Calicebus miltoni.

Les découvertes ont d’ailleurs pu être plus nombreuses ces dernières années grâce à des investissements plus importants. Mais la tendance risque bien de s’inverser et de menacer les futures recherches. « Nous sommes en train d’arriver au niveau de ressources que nous avions il y a 20 ans et cela va se refléter dans nos prochains rapports », a expliqué Ricardo Mello, coordinateur du programme Amazonie à WWF.

L’être humain dégrade l’Amazonie, l’association met en garde

Malheureusement, WWF met en garde. La découverte de ces espèces pourrait bien être en danger. « Toutes les espèces sont situées dans des zones où l’être humain est en train de dégrader l’Amazonie. Cela menace la survie des espèces avant même qu’elles soient découvertes », a indiqué Ricardo Mello. Le coordinateur veut avertir sur l’intensité des activités humaines en Amazonie. À savoir que depuis le 23 août, le gouvernement brésilien a décidé de mettre fin à une réserve naturelle dans le nord de l’Amazonie, rendant de fait possible l’exploitation de quatre millions d’hectares de la forêt par des compagnies minières privées. Une véritable menace pour l’environnement qui avait suscité la colère et l’inquiétude de nombreuses ONG. Celles-ci redoutent les conflits entre les entreprises minières, la protection de la biodiversité et les populations indigènes vivant sur ces territoires. Mais heureusement, un juge a décidé de suspendre le décret présidentiel. Une petite victoire pour l’écosystème précieux de cette région.

Comment limiter les dégâts ?

Le rapport qui fait 112 pages ne se contente pas de recenser et décrire chacune des nouvelles espèces identifiées par les scientifiques entre 2014 et 2015. Il propose aussi des pistes de recherches pour tenter de trouver une solution face à l’exploitation intensive de l’Amazonie par l’Homme. Les chercheurs ont pensé à la création d’unités de conservation pour préserver certaines zones de la forêt des dangers de l’activité humaine. Une belle initiative qui permettrait aux scientifiques et associatifs de continuer leurs recherches. Depuis ces 17 dernières années, ce sont plus de 2000 nouvelles espèces qui ont pu être découvertes par WWF.

Le feu de queue de Zogue – Callicebus milton. Crédit : Divulgation ©

Alice Glaz

Surprise

Handiplanet : la première plateforme collaborative pour voyager sereinement

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème