Fraude aux fraises espagnoles dans le Lot-et-Garonne

Publié le 24 juin 2019 à 14:08 Aujourd'hui | 290 vues

Des fraises espagnoles estampillées « origine France » découvertes dans le Lot-et-Garonne. Une fraude qui inquiète les producteurs du secteur. 

Les kiwis italiens vendus comme français avaient fait parler d’eux il y a quelques mois et c’est peut-être maintenant le tour des fraises d’affoler le monde agricole. Le président de l’association des organisations de producteurs (AOP) a signalé des palettes de fraise en provenance d’Espagne vendues comme françaises à la DGCCRF (Direction Générale de la concurrence, de la consommation et de la Répression des Fraudes). Une première selon Xavier Mas qui dirige l’AOP et producteur du Lot-et-Garonne où la supercherie a été découverte. Même si les quantités restent résiduelles le cas inquiète pour sa nature inédite. 

La découverte a été faite par une membre de l’AOP qui a jugé avec raison que la forme des fraises ne correspondait pas à la production habituelle du département. Découvertes dans un supermarché d’Agen, il semblerait que les fraises incriminées proviennent d’une coopérative agricole locale ignorant également l’origine des fraises. Le groupement d’agriculteurs se serait fourni chez un intermédiaire pour compléter son stock insuffisamment fourni à cette période de l’année.

La réputation de la fraise française en jeu

Une enquête devra donc déterminer les responsabilités diverses au sein de la filière. Le problème de ce type de fraude réside dans la différence de prix au kilo entre les fraises espagnoles et françaises. Si la fraise standard du Sud-ouest avoisine les 8 euros le kilo, les prix espagnols défient toute concurrence avec des fraises pouvant atteindre environ 1,20 euros le kilo selon le réseau des nouvelles des marchés (RNM). La fraude peut parfois permettre aux intermédiaires peu scrupuleux une belle marge en vendant des fraises estampillées origine France. Ce type d’escroquerie a également un effet néfaste sur la réputation des fraises françaises qui bien sûr relèvent d’une qualité supérieure. 

Alors que le secteur français de la fraise était en peine au milieu des années 1990, les producteurs ont décidé de produire moins et bien mieux avec une production d’environ 60 000 tonnes par an quand elle tournait autour de 90 000 tonnes dans les années 1990. Résultat la France a quelque peu relevé la tête en proposant des produits aux goûts caractéristiques et haut de gamme. Ces fraudes doivent donc être surveillées de près pour ne pas nuire à ce qui constitue l’avantage comparatif de la fraise française, sa renommée.

Martin Dawance

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème