Gaz, médecin : ce qui change pour vous en mai

Publié le 2 mai 2017 à 9:00 Aujourd'hui | 669 vues

Offrir du muguet n’est pas la seule tradition du 1er mai. Des mesures sont également entrées en vigueur au début de ce mois. Voici tout ce qui a changé depuis ce lundi.

Chaque nouveau mois apporte des nouveautés qui impacteront votre quotidien. Le mois de mai ne déroge pas à la règle. Entre la baisse du prix du gaz et la hausse de la consultation chez un médecin généraliste, on fait le point sur les principales mesures.

Baisse du prix du gaz

Bonne nouvelle pour les abonnés au gaz. À compter du 1er mai, les tarifs réglementés de vente hors taxes d’Engie baissent en moyenne de 3,3 %. Dans le détail, cette diminution est de 1,2 % pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2,1 % pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude et de 3,4 % pour les foyers qui se chauffent au gaz, indique la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Les tarifs avaient déjà baissé en avril de 0,73 % en moyenne, après une hausse en mars de 2,63 %.

Consultation chez un médecin généraliste : +2 euros

La consultation chez le médecin coûte désormais 25 euros, soit une augmentation de deux euros. Cela concerne les médecins généralistes installés en secteur 1, ce qui correspond environ à 94% des professionnels. Pour les enfants de moins de 6 ans, la consultation passe, elle, à 30 euros. Cette hausse a été obtenue l’été dernier après cinq mois de négociations entre les syndicats et l’assurance-maladie dans le cadre d’une nouvelle convention tarifaire.

Airbnb

La collecte de la taxe de séjour effectuée directement par la plateforme de location de logements, Airbnb, est étendue à 31 villes. Elle l’était déjà dans une vingtaine d’autres communes. « Cette fonctionnalité ne modifie pas la nature des taxes à payer, mais l’automatisation du processus simplifie le versement des taxes pour toutes les parties », explique Airbnb sur son site.

Par ailleurs, les grandes villes ont désormais la possibilité de contraindre les loueurs de logements utilisant des plateformes numériques comme Airbnb à se déclarer en mairie. Les communes de plus de 200 000 habitants et celles de la petite couronne parisienne sont concernées. Un nouveau décret paru au Journal officiel le 30 avril leur permet de créer un numéro d’enregistrement pour les meublés faisant l’objet d’une location de courte durée. L’objectif : pouvoir vérifier qu’ils ne dépassent pas la durée limite légale de location de 120 jours par an lorsqu’il s’agit de résidences principales.

Estimer le prix d’un logement avec Patrim

L’État ouvre un service en ligne d’aide à l’évaluation immobilière, « Patrim ». Celui-ci peut être consulté par l’ensemble des acheteurs et vendeurs, particuliers comme professionnels, «  dans le cadre d’une déclaration d’ISF ou de succession, d’un acte de donation ou d’une procédure administrative (contrôle fiscal, expropriation), de la vente ou l’acquisition potentielle d’un bien immobilier ou pour le calcul des aides au logement ». À noter que Patrim ne couvre pas encore les ventes de biens situés en Alsace-Moselle et à Mayotte.

RSI

Pour les assurés affiliés au RSI, le régime des indépendants, le mois de mai est marqué par l’entrée en vigueur de nouvelles règles relatives aux délais de carence et aux prestations en espèces versées en cas de maladie et de maternité. Un nouveau décret, consultable ici, précise les modalités de calcul des indemnités journalières dans le cas d’un arrêt de travail prolongé notamment.

Dépistage gratuit du cancer de la peau

La 19e semaine de prévention et de dépistage du cancer de la peau, organisée par le Syndicat national des dermatos-vénéréologues, se tiendra du 15 au 19 mai. Pour l’occasion 300 dermatologues ouvriront leurs portes. Plus d’informations, ici.

Et bien entendu, le mois de mai sera marqué par l’élection du nouveau Président de la République. Réponse le 7 mai prochain.

Justine Dupuy

Surprise

Dites stop au harcèlement par SMS

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème