Greenpeace dénonce des Oreo au « goût déforestation »

Publié le 14 novembre 2018 à 12:42 Aujourd'hui | 957 vues

Selon Greenpeace, Mondelez, le géant américain qui fabrique les célèbres Oreo, aurait contribué à la déforestation de milliers d’hectares de forêts tropicales. 

Ce n’est un secret pour personne, la production d’huile de palme est néfaste. Les plantations de palmiers à huile sont à l’origine d’une déforestation massive dans des pays comme l’Indonésie et la Malaisie. Des forêts tropicales, qui abritent tout un écosystème, sont en effet rasées pour y planter ces arbres dont les fruits, de couleur jaune et orange de la taille d’une grosse noix, contiennent la fameuse huile. Celle-ci est présente dans bon nombre de nos aliments. On la retrouve bien sûr dans la célèbre pâte à tartiner Nutella, dans des plats préparés, des cosmétiques mais aussi dans des biscuits. Parmi eux : les fameux Oreo.

Mardi 13 novembre 2018, Greenpeace a lancé une campagne à l’encontre de Mondelez, le fabricant de ces gâteaux en forme de sandwich « au goût déforestation ». L’ONG accuse le géant agroalimentaire américain de continuer à participer à la déforestation malgré ses engagements de production responsable. « Alors qu’elle s’était engagée il y a presque dix ans à se fournir uniquement en huile de palme n’ayant pas contribué à la déforestation, la multinationale Mondelez commerce encore avec des producteurs qui déforestent », explique Kiki Taufik, responsable de la campagne forêts à Greenpeace Indonésie.

Destruction de 25 000 hectares de forêts abritant des orangs-outans

L’ONG explique que Mondelez achète la majorité de son huile de palme à Wilmar International, le plus gros négociant d’huile de palme au monde, « qui s’approvisionne auprès de producteurs responsables de déforestation ». Selon Greenpeace, 22 fournisseurs d’huile de palme ont détruit, entre 2015 et 2017, plus de 70 000 hectares de forêts tropicales en Indonésie, dont 25 000 abritant des orangs-outans. « Les orangs-outans sont aujourd’hui au bord de l’extinction : ils sont sacrifiés pour des biscuits », déplore Kiki Taufik. Pire, Greenpeace rapporte que certains fournisseurs ont été accusés « de faire travailler des enfants, d’exploiter leurs employés, de provoquer des feux de forêts et de s’accaparer des terres ».

En lançant cette campagne, Greenpeace espère que Mondelez prendra ses responsabilités. Des militants de Greenpeace France se mobiliseront samedi 17 novembre dans plus de 25 villes françaises afin de sensibiliser les consommateurs. Une pétition a également été mise en ligne, baptisée « Huile de palme : stop aux biscuits Oreo fourrés à la déforestation ! »

Lire aussi : Pourquoi l’huile de palme est-elle si décriée ?

Justine Dupuy

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème