Grippe : bientôt un vaccin sous forme de patch ?

Publié le 6 juillet 2017 à 11:27 Demain | 750 vues

Des chercheurs américains ont mis au point un nouveau type de vaccin contre la grippe. Il s’agit d’un patch doté d’aiguilles microscopiques solubles dans la peau. Grâce à cette innovation, les scientifiques espèrent améliorer le taux de vaccination.

En France, la grippe touche 3 à 6 millions de personnes chaque année. Ce virus très contagieux peut être grave, en particulier chez les personnes les plus vulnérables comme les personnes âgées de plus de 65 ans ou atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses ou encore les nourrissons. Pour cette population, la meilleure protection est la vaccination. Mais malgré les campagnes de sensibilisation, peu se font vacciner. Aux États-Unis, seuls 40% des adultes concernés se font vacciner contre la grippe chaque année.

Le vaccin peut s’auto-administrer

Des chercheurs américains de l’Université Emory et du Georgia Institute of Technology ont eux planché sur une solution moins contraignante que la piqûre : la patch à coller sur la peau. Leurs travaux ont été publiés dans la revue The Lancet. Concrètement, ce patch de la taille d’un pansement est composé d’une centaine d’aiguilles microscopiques. Ces micro-aiguilles indolores se dissolvent sous l’épiderme et libèrent le vaccin contre la grippe dans l’organisme. L’atout de ce nouveau type de vaccin, c’est qu’il peut s’auto-administrer. De plus, le patch n’a pas besoin d’être placé au réfrigérateur. Il peut être conservé à température ambiante.

Les résultats des premiers essais cliniques sont plutôt concluants. Les scientifiques ont testé leur dispositif sur une centaine de personnes âgées de 18 à 49 ans en bonne santé et non vaccinées contre le virus, en juin 2015. Celles-ci ont été divisées en quatre groupes : avec patch administré par un professionnel de santé, avec patch auto-administré, par injection intramusculaire et enfin avec patch micrométrique placebo. Les résultats de l’étude ont montré que la vaccination par patch était plutôt bien tolérée par les sujets, mis à part quelques rougeurs. Ces effets secondaires n’ont toutefois duré en moyenne que deux à trois jours. Le taux d’anticorps, au bout d’un mois, était le même que pour les personnes ayant reçu le vaccin par injection. Plus de 70% des participants ayant utilisé le patch ont indiqué leur préférence pour ce dispositif innovant.

Bientôt des patchs contre la rubéole, la rougeole ou la polio ?

Les chercheurs doivent encore mener d’autres tests mais la phase 1 de leur expérimentation est déjà encourageante. « Malgré les recommandations pour la vaccination contre la grippe, cette maladie continue d’être une cause de décès significative. Avoir l’alternative d’un vaccin contre la grippe qui peut être facilement administré et sans douleur pourrait augmenter la couverture et la protection de manière importante » explique Nadine Rouphael, l’un des principaux auteurs de l’étude. Les scientifiques envisagent même d’autres patchs pour des vaccins contre la rubéole, la rougeole ou la polio.

Marine VAUTRIN

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème