Intolérance au gluten : le mois de naissance joue-t-il un rôle ?

Publié le 18 août 2016 à 16:24 Aujourd'hui | 792 vues

Selon une étude suédoise, les enfants nés au printemps auraient plus de risques de développer la maladie cœliaque, appelée communément intolérance au gluten.

Depuis quelques temps, la chasse au gluten est ouverte. Alors que de plus en plus de personnes se déclarent intolérantes, des chercheurs de l’université d’Umeå en Suède ont cherché à déterminer s’il existait un lien entre le mois de naissance et la maladie cœliaque, communément appelée intolérance au gluten. Pour rappel, cette intolérance au gluten, protéine contenue dans le seigle, le blé et l’orge, cause des lésions de la paroi de l’intestin grêle provoquant des douleurs abdominales. La digestion s’altère et l’organisme assimile moins les nutriments, les minéraux et les vitamines. Selon les scientifiques, le lien existerait. D’après les conclusions de leur étude publiée lundi 15 août dans la revue scientifique Archives of Disease in Childhood, les enfants nés au printemps auraient plus de risques de développer la maladie ainsi que ceux nés en été et en automne.

Pour ce faire, les auteurs ont analysé les données de 1,9 million de Suédois nés entre 1991 et 2009, qu’ils ont suivis jusqu’à l’âge de 15 ans. Parmi ces jeunes, 6 569 ont été diagnostiqués comme porteurs de la maladie cœliaque, après une biopsie. Ils se sont alors intéressés à la date, à la saison et au lieu de naissance de chacun de ces sujets. Et le constat est le suivant : l’intolérance au gluten est plus fréquente chez les enfants nés au printemps, puis chez ceux venus au monde en été et à l’automne. La pathologie est quant à elle plus rare chez les enfants nés en hiver. Autre point étonnant, la pathologie est également plus courante chez les enfants nés dans le sud de la Suède. Enfin, les chercheurs ont constaté que la maladie touchait également majoritairement les filles.

Pourquoi les enfants nés en hiver sont les plus épargnés ?

Les scientifiques avancent l’hypothèse que les enfants nés au printemps ou en été seraient plus touchés car ils seraient sevrés et donc exposés pour la première fois au gluten pendant l’automne et l’hiver, périodes où les virus saisonniers (grippe, gastro-entérite) sont les plus nombreux. Ces infections pourraient alors modifier la flore intestinale, la rendant ainsi plus fragile. Autre hypothèse avancée : la carence de vitamine D pendant la grossesse. Les femmes qui ont accouché au printemps ou en été ont été moins exposées à cette vitamine essentielle au développement du système immunitaire du fœtus.

Toutefois, cette étude est à prendre avec des pincettes car elle ne s’est portée que sur des jeunes Suédois. D’autres recherches portant sur des populations plus larges devront être effectuées pour valider ces hypothèses.

 

 

 

 

 

 

 

 

Marine VAUTRIN

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème