L’Europe alimentée en électricité par une île artificielle ?

Publié le 23 mars 2017 à 12:17 Demain | 1364 vues

Une île artificielle en pleine mer du Nord vise à alimenter en électricité 80 millions d’Européens grâce à une combinaison de 7 000 éoliennes et de panneaux solaire !

L’Europe alimentée en partie par des énergies renouvelables ? Deux entreprises l’imaginent : les opérateurs de réseaux électriques, le germano-néerlandais TenneT et le danois Energinet, ont reçu ce jeudi 23 mars à Bruxelles l’autorisation de la Commission Européenne pour développer le North Sea Wind Power Hub, une plate-forme de production d’électricité renouvelable.

Une île nordique

Ce projet consiste à construire en mer du Nord une île artificielle d’une surface de six kilomètres carrés, voire de plusieurs îles, nommées Power Link Islands. Ces dernières devraient être installées sur les grands bancs de sable de Dogger Bank situés à une centaine de kilomètres des côtes Est britanniques, d’une superficie de 17 600 km² et d’une profondeur moyenne de 20 mètres (entre 15 m et 36 m). Cette zone géographique a été retenue pour sa faible profondeur des fonds marins et sa situation centrale dans la mer du Nord, mais aussi pour son exposition aux vents.

80 millions d’habitants alimentés

TenneT et Energinet prévoient une puissance entre 70 000 et 100 000 MW alimentant 80 millions d’Européens. Le tout grâce à près de 7000 éoliennes autour de cette île artificielle équipée de panneaux solaires censés alimenter les Pays-Bas, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Danemark, la Norvège et la Belgique en électricité toute l’année. Dommage que la France n’en bénéficie pas ! Selon Torben Glar Nielsen, le directeur technique d’Energinet, le projet pourrait également « apporter une contribution significative aux ambitions de l’Union européenne en matière de réduction des émissions de dioxyde de carbone ».

“Les éoliennes marines se sont montrées, ces dernières années, de plus en plus compétitives et il est important pour nous d’aller plus loin dans la réduction de leur coût de raccordement et d’interconnexion au réseau de distribution. Nous avons besoin de projets innovants de grande envergure pour permettre à l’énergie éolienne de jouer un rôle plus important dans notre approvisionnement énergétique futur”, explique Peder Østermark Andreasen, le PDG d’Energinet

Un projet coûteux

Cette île artificielle est prévue pour 2050 et d’après les premières estimations chiffrées révélées par le quotidien danois, Copenhagen Post, les fondations de l’île coûteraient environ 1,3 milliard d’euros, sans inclure les dépenses nécessaires pour construire les panneaux solaires, le système éolien et les connexions aux réseaux électriques des pays européens.

« Cela semble un peu fou et on dirait de la science-fiction, mais une île sur le Dogger Bank pourrait rendre l’éolien de l’avenir beaucoup moins cher et plus efficace», commente Torben Glar Nielsen.

Il ne reste plus qu’à trouver les indispensables partenaires pour amasser cette somme importante !

Maguelonne Rigal

  1. Projet intéressant. Ceci dit, 7000 éoliennes pour une production moyenne de 70 000 MW, soit une puissance nominale d’environ 30 MW par éolienne (facteur de charge 1/3), me paraît fantaisiste. A suivre.

  2. est ce que le cout de l’electricité va baisser

Surprise

Handiplanet : la première plateforme collaborative pour voyager sereinement

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème