Les députés votent l’obligation de caméras dans les abattoirs

Publié le 13 janvier 2017 à 11:28 Aujourd'hui | 825 vues

L’Assemblée nationale a voté jeudi 12 janvier dans la soirée l’obligation d’installer des caméras dans les abattoirs à partir de janvier 2018. 

Petite victoire. Ce jeudi 12 janvier, l’Assemblée nationale a voté l’obligation d’installer des caméras dans les abattoirs. Les députés ont ainsi validé la mesure phare de la première proposition de loi « relative au respect de l’animal en abattoir », porté par Olivier Falorni. La mesure a été adoptée, par 28 voix contre 4. Seuls quelques députés de droite et du centre se sont opposés, car ils pronostiquent que « les petits abattoirs disparaîtront » compte tenu de cette nouvelle charge. Ainsi, à compter du 1er janvier 2018, « des caméras (seront) installées dans tous les lieux d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage et de mise à mort des animaux », stipule la disposition adoptée. Et ce, à l’issue d’une expérimentation qui devra permettre « d’évaluer l’opportunité et les conditions de la mise en place » des caméras.

« Nous sommes déjà dans des discussions pour des expérimentations (…) Actons le fait que ça va se généraliser », a plaidé le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. Jusqu’ici, il s’était montré prudent sur une telle mesure, invoquant le « respect des travailleurs » dans les abattoirs et la crise de l’élevage ».

Les directions des abattoirs ne pourront pas avoir accès aux images enregistrées. Seuls les services vétérinaires et les responsables de protection animale désignés dans les abattoirs seront autorisés. Ces images ne pourront être conservées plus d’un mois. La proposition de loi propose notamment la création d’un Comité national d’éthique des abattoirs et durcit les peines en cas de maltraitance des animaux.

Les associations de défenses des animaux réservées

« Très grande victoire pour la protection animale à l’AN. Le contrôle vidéo obligatoire en abattoirs devient irréversible ! Fier du combat gagné », s’est félicité Olivier Falorni dans un tweet. La mesure, issue du rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs, également présidée par Olivier Falorni, avait été rejetée par la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale le 14 décembre dernier. La raison ? Elle aurait été trop coûteuse et mettrait trop de « pression » sur les salariés. Certains opposants plaidaient pour une expérimentation du dispositif. À cette époque, le député de Charente-Maritime avait déploré la position « extrêmement conservatrice de la commission » et dénoncé « un sabotage ».

Toutefois, les associations de défense des animaux restent réservées. L’association 30 millions d’amis regrette que seuls 32 députés sur 577 étaient présents dans l’hémicycle. L214 déplore le fait que seuls les services vétérinaires et un salarié de l’abattoir auront accès aux images. « Ni les associations, ni les citoyens, n’auront la possibilité de savoir ce qu’il s’y déroule au quotidien, alors que les contrôles du ministère de l’Agriculture révèlent que 80% des abattoirs ne respectent même pas les normes minimales, qui n’empêchent déjà pas d’immenses souffrances », regrette ainsi l’association sur sa page Facebook. L124 souhaite que le contrôle soit accessible à tous. « On a l’impression que cette mesure est destinée à rassurer le consommateur, à soutenir la consommation de viande et donc les filières, et elle ne viendra concrètement en aide aux animaux que sur des cas marginaux », indique à France Info, Brigitte Gothière, une des porte-parole de L214.

Le Sénat devrait examiner à son tour cette proposition de loi en février. Objectif : obtenir un vote définitif avant début mars, date à laquelle cesseront les travaux de l’actuelle législature pour cause de campagnes électorales pour la présidentielle et les législatives.

Marine VAUTRIN

  1. Il faut souligner aussi que les travaux effectués dans les abattoirs sont des activités professionnelles qui exposent les salariés à de nombreux risques : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=276

Surprise

Zéro déchet : comment faire son démêlant maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème