Mon animal de compagnie est décédé, que faire ?

Publié le 10 janvier 2019 à 9:55 Aujourd'hui | 522 vues

La perte d’un animal de compagnie est un moment douloureux, parfois insurmontable. Malgré l’immense tristesse, une question se pose : que faire de sa dépouille ? Si cela vous arrive, voici ce que vous pouvez et avez le droit de faire.

C’est un moment que tous les propriétaires redoutent : la perte de leur animal de compagnie. Et lorsque ce jour triste arrive, on ne sait pas toujours quoi faire. Mettre sa dépouille à la poubelle ? Hors de question. Il est formellement interdit de jeter le corps de son animal dans une benne à ordures, les égouts ou autres, sous peine d’une amende de 150 euros. Interdit par la loi, ce geste est surtout inhumain. Les animaux ne sont pas des déchets. Ce sont des êtres qui vous ont aimé et accompagné dans les bons comme dans les mauvais moments. Plusieurs options s’offrent à vous.

Enterrer son animal de compagnie dans son jardin

Certains propriétaires décident d’enterrer leur animal de compagnie dans leur jardin pour qu’il puisse reposer près des siens. Cette pratique est tout à fait légale, mais attention : votre boule de poils ne doit pas peser plus de 40 kilos et doit être enterrée au moins à 35 mètres des premières maisons et points d’eau (par exemple, une source). « Vous pouvez recouvrir la dépouille d’un linge, la déposer dans une boîte en carton ou à même le sol si le trou est suffisamment profond (1,20 mètre). La dépouille doit être recouverte de chaux vive », précise le site Service-public.fr. À la place de la boîte en carton, vous pouvez aussi opter pour le cercueil écologique Nidoo, créé par deux entrepreneurs français. Une fois enterré, ce cercueil 100 % biodégradable fait pousser un arbre et des fleurs. De quoi garder un lien avec son animal disparu. Plus d’informations ici.

Si votre animal pèse plus de 40 kilos, vous ne pouvez pas l’enterrer dans votre jardin. Dans ce cas, vous pouvez le placer dans un cimetière animalier (voir ci-dessous) ou bien contacter un service d’équarrissage. Ce service est chargé d’enlever les cadavres d’animaux « dans un délai de deux jours francs après réception de votre déclaration ». Les coordonnées du service sont fournies en mairie. À noter que cette solution est payante (environ 100 euros). Les tarifs libres varient en fonction du poids de l’animal et du nombre de kilomètres parcourus pour le transport. Si vous ne déclarez pas le décès de votre animal au service d’équarrissage, vous risquez une amende de 3 750 euros.

Enterrer son animal de compagnie dans un cimetière

Autre solution : placer votre fidèle compagnon dans un cimetière pour animaux. Il en existe une trentaine en France. Ces espaces dédiés sont gérés par des sociétés privées ou des associations. L’inhumation est payante. Elle comprend l’achat d’une concession, qui est d’1 an à 20 ans, d’une dalle ou d’un cercueil, les frais d’enterrement, etc. Malheureusement, vous ne pouvez pas inhumer votre boule de poils dans le caveau familial. Contrairement en Grande-Bretagne, la loi française ne le permet pas.

Confier son animal de compagnie au vétérinaire

Enfin, si vous ne pouvez pas enterrer votre animal dans votre jardin ou dans un cimetière, confiez-le à votre vétérinaire. Il se chargera de le faire incinérer ou de contacter un équarrisseur. Si votre chat ou chien est incinéré seul, vous pourrez récupérer ses cendres dans une urne. S’il est incinéré avec d’autres animaux morts, ce ne sera pas possible. Les cendres seront enfouies dans un site prévu à cet effet. Dans tous les cas, ce service est payant. Le prix varie d’un vétérinaire à l’autre. Il peut atteindre une centaine d’euros. Le poids de l’animal est aussi pris en compte.

Marine VAUTRIN

Surprise

Notre-Dame de Paris : histoire de sa construction

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème