Une pétition pour sauver les rats de Paris

Publié le 16 décembre 2016 à 17:11 Aujourd'hui | 1917 vues

Les rats envahissent la capitale et la Ville de Paris a décidé de lancer un vaste plan de dératisation. Problème, cette opération ne plaît pas à tout le monde. Une pétition a d’ailleurs été lancée pour stopper ce « génocide ».

Paris, ses monuments historiques, ses grandes avenues… et les rats ! Depuis quelques années, ces rongeurs pullulent dans la capitale. Et l’invasion est telle que la Ville a lancé il y a quelques jours un « plan d’action à grande échelle » pour éradiquer ces petites bêtes. Plusieurs parcs et jardins ont été fermés pour être traités, comme nous vous l’avions indiqué. Mais cette opération anti-rats ne fait pas que des heureux. Scandalisée, Josette Benchetrit, défenseuse des animaux et ancienne pédopsychologue lacanienne à l’hôpital d’Étampes (Essonne), a lancé une pétition sur Internet pour stopper « le génocide des rats ».

« La phobie du rat est une phobie sociale »

Pour Josette Benchetrit, la dératisation n’est pas une solution. « Il faut arrêter le massacre. Il faut trouver d’autres solutions comme une politique contraceptive. Il faut apprendre aux gens à connaître les rats pour ne plus en avoir peur (…) Il faut cesser cette violence », explique-t-elle au Parisien.

Selon elle, « la phobie du rat (et sans doute de sa queue car mettez à un rat une belle queue en panache et on a un écureuil qu’on aime) (…) est une phobie sociale comme celle des araignées et on tue sans pitié tous ces malheureux désignés par la société en quête de bouc émissaire comme à éradiquer », écrit-elle dans sa pétition. Elle reproche notamment au docteur Georges Salines, chef des services parisiens de santé environnementale d’avoir dit, dans une interview donnée le 8 décembre au Parisien, que les rats sont « une menace sanitaire réelle » et qu’ils posent aussi un « réel désagrément visuel et psychologique ».

Interrogé ce mercredi 14 décembre par le quotidien, le docteur Salines estime « inadmissible ces attaques contre un agent public qui défend la santé des Parisiens », et se disant « très soucieux de la souffrance animale ». Il ajoute : « les maladies portées par les rats sont relativement rares. Mais clairement, si on en caresse un, on peut en attraper, d’où le danger de leur prolifération ».

Plus de 19 000 signatures

Sa pétition, intitulée « stoppez le génocide des rats » et adressée à la maire de Paris Anne Hidalgo, a déjà récolté à ce jour plus de 19 000 signatures et plus de 1 200 messages de la part des signataires. « Tous les êtres ont le droit de vivre et de vivre en paix. Qui sommes-nous pour décider du droit de vie et de mort sur un autre être terrestre », écrit Hélène. Pour Candice, « les rats ne méritent pas de finir empoisonnés » et « méritent d’être traités normalement », ajoute Robin.

Marine VAUTRIN

  1. Mme Benchetrit est irresponsable et ne s’en rend même pas compte.
    Les rongeurs sont responsables d’incidents qui peuvent être graves quand ils s’en prennent aux isolants des câbles électriques. S’il n’y avait que les pertes de production (et donc de chiffre d’affaire) dans les industries et les transports, ça irait encore, mais quand il y a des accidents avec blessés graves, comme à Denguin (collision RER/TGV), c’est une autre histoire.
    Sans parler des chevilles foulées avec les piétons piégés par les affaissements de chaussée et de trottoirs, en raison des terriers creusés dessous.
    IL FAUT réguler les populations de rats.
    Pierre Falgayrac
    Auteur des livres « Des rats et des hommes » (Éditions Hyform 2013) et « Le grand guide de lutte raisonnée contre les nuisibles urbains » (Éditions Lexitis 2014)

Surprise

Une semaine après la France, Loop arrive aux USA

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème