Près d’un médicament sur deux vendu sans ordonnance est dangereux

Publié le 14 novembre 2017 à 11:09 Aujourd'hui | 1140 vues

Se soigner seul grâce à des médicaments achetés sans ordonnance dans les pharmacies pourrait être dangereux pour la santé. C’est ce que révèle 60 Millions de consommateurs dans son hors-série du mois de décembre 2017.

Rhume, bronchite, gastro, mal de gorge… Avec les températures qui ne cessent de chuter et l’hiver qui approche, ces pathologies risquent de faire leur grand retour. Face à elles, beaucoup de personnes préfèrent se soigner elles-mêmes en achetant des médicaments sans ordonnance plutôt que d’aller voir leur médecin. Avec l’aide du pharmacologue clinicien, le professeur Jean-Paul Giroud et la pharmacienne Hélène Berthelot, 60 Millions de consommateurs a analysé les 62 médicaments en libre-service les plus vendus. Le résultat est sans appel : près d’un médicament sur deux (45%) vendu librement est à proscrire et 33% sont classés comme « passables » à cause d’une efficacité faible voire non prouvée. Parmi ceux qui sont pointés du doigt, Drill, Fervex état grippal, Dulcolax, Actifed Rhume, HumexLib, Rhinadvil Rhume, Strepsils lidocaïne et miel citron, pour ne citer qu’eux. « Seulement 21% sont à privilégier pour leur rapport bénéfice/risque favorable », explique 60 Millions de consommateurs. En cause : un mélange de deux à trois composés actifs (vasoconstricteur, antihistaminique, paracétamol ou ibuprofène).

Ce cocktail de substances provoquerait un risque de surdose ainsi que des effets indésirables graves pouvant entraîner de simples vertiges ou des accidents cardiovasculaires ou neurologiques. Par exemple, le vasoconstricteur assimilé par voie orale pourrait entraîner une contraction des vaisseaux sanguins de tout l’organisme, alors que son rôle initial est de décongestionner le nez bouché. Certains sirops contre la toux peuvent également diminuer l’attention lors de la conduite. Pire encore, la prise d’une pastille pour la gorge contenant un anti-inflammatoire non stéroïdien (ibuprofène, flurbiprofène…) chez les femmes enceintes peut porter atteinte au fœtus (atteintes rénales et cardio-pulmonaires, voire la mort).

Lire la notice et faire attention aux pictogrammes

Pour éviter tout problème, 60 Millions de consommateurs recommande naturellement de lire la notice avant toute utilisation, même si elle est longue. Il est conseillé de s’attarder en priorité sur la rubrique concernant les informations à connaître avant la prise de médicaments. Le magazine déconseille également de prendre des produits avec plus d’un composé actif : « Plus il y a de substances actives, plus les risques et les contre-indications sont importants. Mieux vaut prendre un médicament spécifique au problème. Par exemple, du paracétamol en cas de fièvre ou de mal de tête. »

Depuis quelques années, des pictogrammes sont mis en évidence sur l’emballage des produits. C’est notamment le cas pour la conduite automobile. Depuis 2008, les laboratoires sont obligés d’apposer l’un des trois pictogrammes suivants : « Niveau 1 : Soyez prudent. Ne pas conduire sans avoir lu la notice », « Niveau 2 : Soyez très prudent. Ne pas conduire sans l’avis d’un professionnel de santé » ou « Niveau 3 : Attention danger : ne pas conduire. Pour la reprise de la conduite, demandez l’avis d’un médecin ». Le but est de prévenir le patient que la prise d’un cachet peut altérer son attention s’il doit prendre le volant.

Les femmes enceintes sont également concernées. Depuis le 17 octobre 2017, deux pictogrammes sont présents sur les boîtes de médicaments présentant des risques pour l’enfant à naître. L’un signale que le médicament doit être utilisé uniquement si la maman n’a pas d’autre choix. L’autre indique aux patientes que le produit lui est formellement interdit. Si malgré toutes ces précautions vous ressentez des effets secondaires après la prise d’un médicament, vous pouvez les signaler sur le portail du gouvernement prévu à cet effet.

Marie Bascoulergue

Surprise

Zéro déchet : comment faire ses pastilles WC maison ?

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème