Production d’hydrocarbures : un projet de loi à la rentrée ?

Publié le 28 août 2017 à 15:10 Aujourd'hui | 598 vues

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, souhaite interdire l’exploitation des hydrocarbures en France d’ici 2040. Un projet de loi qui devrait être présenté lors du Conseil des ministres du 6 septembre. 

La France n’est pas un grand producteur de pétrole, mais le gouvernement souhaite tout de même en finir progressivement avec la production d’hydrocarbures sur son sol. Nicolas Hulot avait évoqué au mois de juin présenter un texte à l’automne sans entrer dans les détails. Mais selon les informations du Monde, le ministre devrait présenter un projet de loi mercredi 6 septembre lors du Conseil des ministres. Celui-ci prévoit « de bannir totalement la recherche d’hydrocarbures non conventionnels, c’est-à-dire des gaz et huiles de schiste, mais aussi des hydrates de méthane enfouis dans les mers ou sous le pergélisol », affirme le quotidien.

Cependant, les hydrocarbures contenus dans les couches de charbon, c’est-à-dire les gaz de mine ou de houille, échapperont à cette interdiction pour des raisons de sécurité et de protection de l’environnement. Contacté par l’AFP, le ministre n’a pas souhaité confirmer ces informations.

Une échéance tardive

La loi du 13 juillet 2011 fait déjà barrage aux gaz et huiles de schiste, en interdisant la fracturation hydraulique. Mais elle laissait tout de même la possibilité à des méthodes alternatives. Cette nouvelle loi interdira la recherche des hydrocarbures non conventionnels « par quelque technique que ce soit ». Dès sa promulgation, le projet de loi prévoit de ne plus autoriser l’exploration, mais aussi de ne pas prolonger les concessions d’exploitation en cours.

Une bonne nouvelle pour notre environnement. Mais pourquoi une échéance aussi tardive ? Les arguments sont pour le coup d’ordre technique, politique et social. Premièrement, 2040 c’est l’échéance de la quasi-totalité des concessions en cours de validité, mais c’est aussi une manière de laisser le temps aux entreprises de proposer de nouveaux emplois à leurs employés. Puisqu’un arrêt brutal aurait des répercussions plus que néfastes pour les travailleurs. Total prépare déjà l’après pétrole avec le rachat des batteries Safts. Quant à Engie, l’entreprise investit dans le solaire, l’éolien, le géothermique ou l’hydraulique.

Alice Glaz

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème