Rapport sur la biodiversité : 1 million d’espèces menacées

Publié le 7 mai 2019 à 17:13 Aujourd'hui | 269 vues

Le rapport de l’IPBES (fondation pour la recherche sur la biodiversité), le plus abouti à ce jour sur la biodiversité de la Terre, prévient qu’un million d’espèces sont menacées.

Les importantes perturbations du climat ne sont pas les seuls effets de l’Homme sur la planète. On oublie souvent que l’anthropocène rime également avec l’extinction de nombreuses espèces avec lesquelles nous cohabitons sur Terre. L’IPBES qui remplit à peu près le même rôle que le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) pour la biodiversité publie un rapport qui pousse à une large réflexion sur la place de l’Homme dans son environnement. Alors que la Terre compte aux dernières estimations 8,5 millions d’espèces, 1 million d’entre elles sont menacées !

C’est ce qu’exprime en tout cas le consortium de 145 experts divers et variés en provenance de 50 pays dans le rapport présenté et approuvé lors de la dernière session plénière de l’institution. Le constat est sans appel pour Robert Watson président de l’IPBES : « Nous érodons les fondements mêmes de nos économies, de nos moyens de subsistance, de la sécurité alimentaire, de la santé et de la qualité de la vie dans le monde« . A ce titre, certaines décisions pourraient être prises en changeant certaines orientations économiques notamment pour des organismes comme l’OCDE. Le rapport révèle par exemple que l’organisation de coopération et de développement économiques subventionnaient en 2015 à hauteur de 100 milliards de dollars une agriculture potentiellement dommageable pour l’environnement. 345 milliards de dollars de subventions ont également été allouées aux énergies fossiles de la part de divers organismes y compris gouvernementaux.

Une planète aux ressources finies 

Or le modèle d’une croissance infinie ne peut s’accorder avec une planète aux ressources finies. Chaque chiffre du rapport semble confirmer cet état de fait comme les 105 % d’augmentation de la population humaine depuis 1970 ou encore les 60 milliards de tonnes de ressources extraites chaque année dans le monde, chiffre ayant doublé depuis 1980.
Par ailleurs, des pollutions éminemment évitables et récentes comme le plastique qui a été multiplié par dix depuis 1980 ou encore les 300 à 400 millions de tonnes de métaux lourds, boues toxiques, et autres déchets industrielles et agricoles déversées chaque année dans les eaux du monde entier, ont créé plus de 400 zones mortes dans le monde dans l’ensemble supérieures à la taille du Royaume-Uni.

Robert Watson donne enfin un conseil aux états membres de l’IPBES : « Ils [les états membres] doivent s’attendre à ce que les entités, dont la nature profonde des intérêts est le statu quo, s’oppose à un changement d’ampleur, mais il faut tenir bon pour le bien public« .

Martin Dawance

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème