Recyclage des déchets électriques : on en est où ?

Publié le 25 janvier 2017 à 10:10 Aujourd'hui | 853 vues

La collecte des déchets électriques et électroniques est en hausse. Selon Eco-systèmes, premier éco-organisme de la filière en France, le seuil des 10 kilos de déchets collectés et recyclés par habitant a été franchi en 2016. Toutefois, malgré cette bonne nouvelle, il reste encore du chemin.

« Le plus simple, c’est de recycler ». Ce slogan, vous l’avez sans doute entendu des centaines de fois à la télévision ou à la radio. Il s’agit de celui d’Éco-systèmes qui a soufflé ses dix bougies en décembre 2016. Voilà donc dix ans que les Français sont invités à se débarrasser de leurs vieux appareils électriques et électroniques. Et il semblerait que son message ait été entendu puisque depuis 2006, les Français ont recyclé plus de 318 millions appareils électriques et électroniques avec l’éco-organisme. En 2016, la collecte a même atteint la barre symbolique des 10 kilos de DEEE (les déchets d’équipements électriques et électroniques) par habitant, contre 9 kilos en 2015. Eco-systèmes a annoncé mardi avoir collecté et recyclé 517 000 tonnes de déchets électriques l’année dernière.

Les quatre flux de collecte ont tous augmenté l’année dernière. Ce sont notamment les écrans qui ont enregistré la plus forte progression (+16%), sans doute dû au passage à la TNT HD et aux événements sportifs de l’été qui ont poussé les consommateurs à se débarrasser de leur ancienne télévision. Quoi de mieux que de regarder un match de l’équipe de France avec un bel écran ? Ils sont suivis des gros électroménagers hors froid telles que les lave-vaisselle, lave-linge (+14,2%), des petits appareils comme les sèche-cheveux, grille-pain (+10,8%), et des gros électroménagers froid de type réfrigérateurs (+5,8%). L’ensemble des canaux de collecte est aussi en hausse. Les collectivités territoriales, qui récupèrent plus de la moitié des apports, ont vu leur collecte augmenter de 10,6% en 2016. Celle des distributeurs (enseignes de grandes distributions, magasins spécialisés), a bondi de 8,8%. Le reste est effectué par des acteurs de l’économie sociale et solidaire, comme Emmaüs et Envie (+0,3%) et par des récupérateurs professionnels (+14%).

Objectif : 14 kilos de DEEE recyclés par habitant

10 kilos de déchets par habitant en 2016, c’est plus qu’encourageant. Grâce à ces bons résultats, en hausse de 12,3%, la France est le premier grand pays européen à atteindre les 10 kilos par habitant. Toutefois, il reste encore du chemin pour atteindre le seuil fixé par l’Union Européenne d’ici à 2020. La filière doit en effet arriver au cap de 14 kilos de DEEE recyclés par habitant en 2020.

Si l’objectif est ambitieux, il n’est pas irréalisable. Mais comment faire ? Car si les Français recyclent de plus en plus, ils n’en restent pas moins les champions du stockage. Justement, c’est ce gisement « dormant » qui intéresse particulièrement Eco-systèmes. Pour orienter ses futures actions et inciter les Français au déstockage, Eco-systèmes a mené différentes études. Objectif : mieux connaître les appareils gardés. L’éco-organisme a même sollicité l’aide de la chercheuse Valérie Guillard de l’université de Paris Dauphine pour dessiner le profil de ces « gardeurs », ces personnes qui ont la fâcheuse manie de garder leurs vieux appareils.

Des appareils gardés « au cas où »

Il en ressort notamment que les Français ont en moyenne chez eux entre 73 et 118 objets électriques et électroniques et entre 5 et 11 sont en fait inutilisés, qu’ils fonctionnent ou pas. Ces derniers sont pour la plupart « cachés » dans des placards, des greniers, des caves ou stockés avec d’autres affaires inutilisables. 27% des foyers ont même gardé leur téléviseur cathodique alors que 89% possèdent désormais un écran plat. Mais ce n’est pas l’objet que les Français stockent le plus. Contrairement aux idées reçues, c’est l’appareil photo ! Vient ensuite le smartphone. Concernant les téléphones, un rapport cosigné par le sénateur UDI du Doubs, Jean-François Longeot, et la sénatrice écologiste du Nord, Marie-Christine Blandin, publié en septembre dernier, indiquait qu’à peine 15% de ces mobiles usagés sont collectés.

Parmi les autres appareils qui ne demandent qu’à être amenés à la déchetterie ou à des points de collecte, on retrouve, entre autres, les enceintes, l’imprimante, l’ordinateur, l’aspirateur, la lampe torche ou encore le magnétoscope, au cas où la VHS reprenne du service. D’ailleurs, parlons-en du « au cas où ». Il s’agit en effet de l’une des principales raisons qui expliquent pourquoi les « gardeurs » ne recyclent pas leurs objets. Le lien affectif d’un appareil entre aussi en compte. Cela peut être en effet un cadeau, un héritage. Difficile donc de s’en séparer. Le coût de l’appareil est aussi une autre raison. Se débarrasser d’un robot cuisinier qui nous a coûté un mois de salaire, il y a cinq ans, ça fait mal au cœur. D’autres freins sont aussi en cause. Pour certains consommateurs, « c’est compliqué car l’objet est dangereux, lourd, sale ». Ils disent également ne pas avoir l’équipement nécessaire pour s’en débarrasser. Pour d’autres, c’est la gêne de demander de l’aide à quelqu’un.

Développer les collectes solidaires

L’objectif d’Eco-systèmes est désormais d’avoir une approche plus ciblée par produit pour inciter au déstockage. L’éco-organisme compte également multiplier les collectes solidaires qui se sont développées ces dernières années. Depuis leur création en 2013, plus de 800 collectes ont déjà eu lieu. 23 villes sont concernées, au sein de grandes agglomérations, soit 3,5 millions d’habitants. « Par ailleurs, les anciens appareils, comme notamment les téléviseurs cathodiques, encore largement présents dans les greniers et les garages, montrent que le maintien d’une capacité industrielle pour recycler ces produits reste encore nécessaire », souligne Eco-systèmes.

Recycler ses appareils électroniques, ça fait de la place à la maison et c’est aussi bon pour l’environnement. Depuis 2006, le recyclage des matières contenues dans les anciens appareils a permis d’économiser de nombreuses ressources naturelles. Du côté des métaux, ce sont plus d’1,6 millions de tonnes qui ont été recyclées. Pour vous faire une idée, cela représente 165 Tour Eiffel. Depuis 2006, le rejet de 12 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère a été évité grâce à la dépollution et au recyclage réalisés par Eco-systèmes. Le recyclage des plastiques contenus dans les appareils remis à Eco-systèmes (380 000 tonnes) a évité la production de près de 2,5M de barils de pétrole en 10 ans. Pas mal non ?

N’hésitez pas donc à faire un bon tri chez vous. D’ailleurs, un week-end pluvieux est, selon une étude d’Eco-systèmes, le moment le plus propice pour se défaire de ses appareils. Depuis le 1er janvier 2017, déjà 2,7 millions d’appareils ont été collectés, selon le compteur d’Eco-systèmes affiché sur son site.

Marine VAUTRIN

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème