Scan Eat : le scanner qui détecte les pesticides dans les aliments

Publié le 28 juin 2016 à 12:50 Demain | 3929 vues

Un étudiant a mis au point le dispositif Scan Eat qui permet de détecter la présence de pesticides dans les aliments.

Pommes, fraises, pêches, salades… De nombreux fruits et légumes sont contaminés par les pesticides. Une pomme, par exemple, est traitée en moyenne 35 fois dans l’année, et comporte jusqu’à 13 résidus chimiques différents. Si la menace est invisible, elle est pourtant bien réelle. Et c’est ce qui inquiète de plus en plus de Français. Comment savoir quels sont les aliments les plus exposés aux produits phytosanitaires ? Un jeune entrepreneur a peut-être trouvé la solution : Scan Eat, le détecteur de pesticides.

UScan Eatn détecteur portable de pesticides

Simon Bernard, étudiant en dernière année à l’ENSM (école nationale supérieure maritime) du Havre, a participé à un concours organisé par le ministère du Développement durable, visant à récompenser les innovations alliant numérique et écologie. Il présente son produit, Scan Eat, un dispositif infrarouge portable qui scanne les aliments afin de déceler d’éventuels résidus de pesticides. Le premier prix de cette compétition lui a tout naturellement été décerné.

« J’ai un diplôme d’ingénieur et une formation technique. J’ai entendu parler d’une technologie, commercialisée l’an dernier, de spectromètre infrarouge miniaturisé à la taille d’une petite clef USB », explique Simon Bernard au site Paris-Normandie. « Je me suis rendu compte qu’elle pouvait être utilisée pour détecter la présence et le taux acceptable ou non de pesticides dans les aliments de type fruits et légumes ».

Le jeune ingénieur remporte donc 150 000 euros et un CDD pour intégrer l’incubateur du ministère et mettre au point son système qui peut s’avérer très utile pour un consommateur qui fait ses courses.

Comment ça marche ?

Pour utiliser Scan Eat, il faut être en possession d’une application mobile dédiée dans son smartphone. Ensuite, choisissez un fruit ou un légume et scannez-le à l’aide du détecteur. Ce dernier va émettre une lumière infrarouge en présence de l’aliment. Le faisceau est réfléchi par l’aliment pour être enregistré par un capteur situé à l’intérieur du dispositif. Les informations moléculaires obtenues seront traitées par des algorithmes puis converties en taux de pesticides contenus directement sur le téléphone.

Encore en développement

Le concept est bon mais il reste à travailler les algorithmes. Avec l’aide d’experts et du matériel mis à disposition dans l’incubateur du ministère, il pourra développer son projet : détection de pesticides jugés dangereux et interdits en France, indications sur le taux de concentration de pesticides, normes en vigueur à respecter, détection de polluants dans l’eau et l’air, etc. « Par exemple, il est possible de retrouver des traces de pesticides jugés dangereux et interdits depuis longtemps en France. L’appareil pourrait les détecter et donner une indication du taux acceptable ou non », explique l’ingénieur.

Une fois créé, Scan Eat sera proposé à des sites spécialisés dans le déchiffrage des compositions alimentaires : « Ils pourraient alors générer des alertes sur les pommes de telle provenance, trouvées et testées positives dans telle chaîne de magasins », anticipe l’étudiant. Puis Scan Eat sera utilisé par les consommateurs. En l’absence d’étiquetage, ce produit peut s’avérer très utile !

Roumaissa Benahmed

Surprise

Recycler vos mégots, c’est possible !

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème