Un site internet pour s’informer sur les perturbateurs endocriniens

Publié le 24 octobre 2017 à 11:23 Aujourd'hui | 1139 vues

L’Union des industries chimiques a lancé, vendredi 20 octobre 2017, un site d’informations concernant les perturbateurs endocriniens. Le but est de répondre aux questions et inquiétudes du grand public.

Ce n’est un secret pour personne, les perturbateurs endocriniens sont mauvais pour notre santé. Malheureusement on en retrouve presque partout dans notre quotidien, aussi bien dans l’eau du robinet, dans des savons ou encore des cosmétiques. Pire encore, ces substances chimiques ont été retrouvées dans des cheveux d’enfants et presque toutes les femmes enceintes y seraient exposées. D’ailleurs, ils ont même une incidence néfaste sur les petits garçons lorsque la mère y a été exposée durant sa grossesse. Bien que de grandes instances comme l’Anses passent au crible plusieurs substances chimiques pour savoir si oui ou non il s’agit de perturbateurs endocriniens, les Français restent très inquiets.

Afin de rassurer au mieux la population, l’Union des industries chimiques (UIC) a lancé son site internet « Perturbateurs endocriniens : parlons-en ! » afin de « répondre, par une information la plus objective et la plus pédagogique possible, aux préoccupations exprimées par le grand public. » Dans un communiqué, la directrice générale de l’UIC a déclaré : « l’Union des industries chimiques et ses entreprises adhérentes affichent, en transparence, leur volonté de dialogue avec tous. Nous croyons que de la qualité du débat public dépend la qualité des avancées qui en découlent. Chacun a sa part de responsabilité dans la bonne tenue de ce dialogue ».

Des réponses claires et accessibles

Concrètement, le site se divise en plusieurs rubriques (l’essentiel, pour aller plus loin, décryptage/débat, questions/réponses). Ces dernières permettent de répondre aux attentes des consommateurs de façon « claire et accessible ». Ces explications « s’appuient très largement sur des documents et études publiés par des agences françaises et européennes » et répondent, « à travers une approche factuelle et une volonté de vulgarisation, aux grandes questions sur les perturbateurs endocriniens », explique le communiqué de l’UIC. Le site permet également aux visiteurs « d’enrichir leur connaissance sur le sujet » et de « relayer des débats entre parties prenantes, industrie, monde de la recherche administration et société civile ».

Une définition floue

Le site de l’Union des industries chimiques ne vise pas uniquement le grand public. L’union souhaite également ouvrir un débat sur le sujet. « La perturbation du système endocrinien […] est un sujet de débat dans la communauté scientifique. Très peu d’études permettent aujourd’hui d’établir une relation de cause à effets non discutable entre l’apparition de maladies ou troubles chez l’homme et l’exposition aux perturbateurs endocriniens », explique le communiqué.

Depuis plus de trois ans, la définition de perturbateurs endocriniens fait débat à Bruxelles. Ce n’est qu’en juillet 2017 que les États membres en ont adopté une. L’objectif était d’identifier clairement quelles substances chimiques sont des perturbateurs endocriniens et si elles tombent sous le coup des réglementations sanitaires. Or, coup de théâtre, trois mois plus tard, le Parlement européen a rejeté la définition de la Commission européenne et a ordonné à l’instance de présenter un nouveau projet. Une victoire pour les défenseurs de l’environnement et de la santé publique qui souhaitent une définition plus rigoureuse. Cependant, le trouble autour des perturbateurs endocriniens reste entier.

 

Marie Bascoulergue

Les commentaires sont fermés !

Surprise

Handiplanet : la première plateforme collaborative pour voyager sereinement

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème