ski artisan frontpage

Ski : pour acheter vraiment français, pensez artisanat local !

Publié le 7 février 2019 à 18:41 Made in France | 169 vues

Les Français aiment leurs marques françaises de skis Rossignol, Dynastar, Salomon… Réputées de très bonne facture, elles n’assurent pourtant pas une production 100 % française. Sachez qu’il existe aussi des artisans du ski bien plus locaux à des prix tout à fait abordables. Petit tour du côté du Made in France du ski.

Pour tout ce qui est matériel de ski, les Français semblent plutôt patriotes selon une étude de 2017 du comparateur de produits Idealo. Rien que pour le matériel de ski, le top 5 compte 3 marques françaises parmi les plus grosses ventes. Mais Rossignol, Dynastar et Salomon assurent vraiment une production 100 % françaises ? N’ont elles aujourd’hui de français que leurs origines ? On est tenté de répondre que oui.

Des fleurons plus très nationaux

Depuis 2005, nos grandes marques tricolores du secteur sont progressivement sorties du giron français, rachetées par des marques américaines et finlandaises. Même si Rossignol,dont l’une des filiales n’est autre que Dynastar, a effectué une relocalisation en grande pompe en 2011 dans la dernière usine de ski du territoire de Salanches en Savoie, la plupart de la production se fait toutefois en Espagne, en Pologne, Roumanie et en Chine.

Mais tout n’est pas noir dans le Made in France du ski, car il existe en France de plus en plus d’artisans ultra-locaux dont le désir de retourner aux sources de la confection du ski laisse apparaître de magnifiques modèles faits mains dans d’authentiques ateliers et parfois pour des prix qui n’ont rien à envier aux grandes marques du secteur.

Désormais aussi bien équipé que les grands du secteur industriel, les artisans  produisent sur-mesure des skis en bois pour une souplesse accrue sur les pistes ou en titane, aluminium pour aller à vitesse grand V, selon les désirs des skieurs les plus chevronnés. « Sur le marché français, les petits artisans trouvent clairement leur marché par rapport à de grandes marques comme Rossignol grâce à une image soignée et une qualité sans égal » assure à Réponse Conso un vendeur du magasin la Haute Route à Paris. Du petit artisan au prix très abordable à l’artisanat de luxe, la clientèle de ces ultra-locaux couvre un large spectre.

Le ski retournent à ses origines

Il suffit de s’intéresser à des marques d’artisans comme Tardy St Gervais dont la simplicité apparente donne son charme à des skis presque entièrement en bois pour comprendre qu’un vrai retour aux sources est en train de s’opérer. Seule la semelle est en polyéthylène sous un ski en bois de frêne, souple et résistant, qui se décline en plusieurs modèles. MonchuGnoluFolleru, respectivement touriste, rêveur et excentrique en patois savoyard, sont les noms des trois types de ski vendus par la marque, ajoutant à l’authenticité recherchée par les skieurs. Gros atout à noter à l’égard de Tardy, les modèles n’excède pas 470 euros, à l’exception de sa gamme de ski bio qui s’élève à 650 euros la paire et utilise de la fibre de lin au lieu de la fibre de verre.

Dans un style très différent alliant parfois bois et titane Les Shapers alpins produisent deux gammes de ski pour les amateurs confirmés avec Fiberflex en bois et fibre de verre reconnus pour leur très bonne performance et leur accessibilité, la gamme Aluflex vise davantage les experts. Avec une base similaire, les Shapers alpins ajoutent du titane sur tout l’extérieur du ski lui conférant une vitesse exceptionnelle. Selon de nombreux avis du site de test de ski  par des particuliers passionnés, Skipass, ce modèle par son design et ses performances reste un des meilleurs pour ce type de pratique pour un prix élevé certes, mais qui semble justifié, 900 euros pour un Aluflex. Le modèle Fiberflex s’acquiert lui pour 700 euros.

Les skieurs se tournent vers l’authenticité

Petit coup de coeur entre tous ces artisans, la marque Rabbit on the roof occupe une place particulière dans ce marché en plein boom. Après l’incendie de son atelier placé dans un vieux moulin du 16e siècle en décembre 2016 qui avait laissé la communauté des Praz près de Chamonix presque orpheline, la marque a relancé son activité qu’elle exerce toujours avec brio. En effet, les skis produits par Peter Steltzner sont d’une beauté à couper le souffle et d’une authenticité sans égale. Fabriqué, sur-mesure en plusieurs mois, le patron part même skier avec ses clients pour adapter son produit à leur façon de skier. Sort de ce processus un produit en bois de qualité supérieur avec des semelles de courses et selon les utilisateurs adaptés à tous types de terrain.

Il serait dommage de ne pas parler de la marque Bohème qui s’attire les foudres de certains skieurs pour leur prix très élevés et leur aspect tape-à-l’oeil. Ils n’en demeurent pas moins de purs produits d’artisanat, entièrement en bois d’exception finement taillé et en fibre de verre, la finition des semelles se fait à la pierre et l’affûtage des carres à la céramique. Un ski d’exception donc, qui semble également en avoir dans le ventre à en croire ses utilisateurs. Nombres d’entre eux craignent toutefois de les abîmer lors de leur sortie sur les pistes où une rayure est si vite arrivée. L’image de la marque semble effectivement vissée aux chics stations de Courchevel, Megève ou encore Méribel en accord avec l’artisanat de luxe Made in France qu’elle propose. Et pour cause, la paire de ski avoisine souvent les 3 000 euros

Alors que les grandes marques « françaises » du ski semblent avoir quitté leur foyer originel, l’artisanat du secteur et dans les sports de glisse semble très bien se porter grâce à des performances hors-paires, des finitions comme seul l’artisanat sait en faire, des prix parfois abordables et des relations humaines que ne proposent pas l’industrie.

Liens des artisans :

Tardy

Les shapers alpins

Rabbit on the roof

Bohême

Martin Dawance

Surprise

Recycler vos mégots, c’est possible !

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème