Soldes d’été : dites stop aux harcèlements par SMS

Publié le 1 juillet 2019 à 16:49 Aujourd'hui | 276 vues

Les soldes d’été s’accompagnent souvent d’un harcèlement publicitaire acharné sur vos téléphones. Si vous en êtes victimes ne restez pas les bras croisés.

Du 26 juin au 6 août 2019, les soldes battent leur plein et avec elles, l’invasion des SMS de promotion. Le phénomène a de quoi agacer les consommateurs mais fort heureusement ils ne restent pas sans recours. Il existe quelques techniques ou procédures pour éviter le harcèlement promotionnel sur vos téléphones. Il y a fort à parier que suite à un achat en particulier sur internet votre numéro de téléphone ait été enregistré par une société de démarchage, une pratique légale tant que votre autorisation a été donnée au préalable. Au demeurant, cette fameuse autorisation est souvent récoltée suite à des contrats de dizaines de pages que vous n’aurez sûrement pas lus. 

Les méthodes basiques 

Pour les numéros expéditeurs de SMS promotionnels, il est obligatoire d’utiliser des numéros à 5 chiffres débutant par 3, 4, 5, 6, 7 et 8 et d’ajouter à la fin du message « STOP ». Envoyez donc la formule « STOP » en réponse au message ou au numéro indiqué et vous devriez normalement recevoir un message de confirmation de la part de la société qui vous adresse les promotions. Si cette option ne vous est pas adressée dans le message, tentez d’envoyer la formulation suivante : « je m’oppose à la réception de vos messages publicitaires (article 38 de la loi informatique et libertés) merci de me supprimer de vos listes de diffusion« . Évidemment certains organismes ne respectent pas cette règle et envoie de la publicité avec des numéros classiques commençant par 06 ou 07. Fort heureusement, les opérateurs téléphoniques Bouygues, Euro Information Télécom, Orange, SFR, Afors Télécom, APNF, Fédération Française des télécoms et l’association Acsel se sont regroupés pour créer la plateforme de signalement 33700. Sans ajouter de commentaire, transférez directement le message à ce numéro puis attendez la réponse du 33700 auquel vous renverrez le numéro qui vous a adressé la promotion, suite à quoi vous recevrez la confirmation du signalement. 

La CNIL en dernier recours

En dernier recours, il vous est possible de constituer une plainte à la CNIL, (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés). Pour cela, il faut déterminer quelle société vous envoie le message. Pour les numéros à 5 chiffres, vous pouvez envoyer le SMS contact qui vous donnera automatiquement les coordonnées de la société. Accompagnés du nom de la société, envoyez également les captures d’écran des publicités ainsi que votre demande d’opposition et le tour est joué. 

Bien que ces pratiques soient encadrées par la loi, certaines sociétés prennent le risque d’enfreindre les règles mais en subissent les conséquences lorsque les plaintes s’accumulent. CDiscount ou encore la société Isotherm en ont fait les frais en 2008 en payant chacune 30 000 euros. Aujourd’hui, la récidive peut coûter jusqu’à 300 000 euros pour une société qui ferait usage de ces techniques de promotion d’où l’intérêt des signalements de masse.

Liens utiles : 

Déposer une  plainte à la CNIL

Martin Dawance

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème