Tous les Carrefours belges rejoignent Too Good To Go

Publié le 19 avril 2019 à 18:10 Made in France | 376 vues

Carrefour Belgique fait rentrer la totalité de ses magasins dans le carnet d’adresses de Too Good To Go, une application française qui lutte contre le gaspillage alimentaire. Une bonne nouvelle pour le pouvoir d’achat des Belges. 

Too Good To Go constitue peut-être une des plus fulgurantes et surtout des plus malignes réussites du numérique dans la consommation. Créée en juin 2016, TGTG offre la possibilité de récupérer des invendus de tous types de magasins d’alimentation partenaire de l’application. 

Boulangeries, restaurants, mais aussi supermarchés se sont mis dans la boucle pour qui le gaspillage alimentaire se trouve réduit. Souvent à un ou deux jours de la date limite de péremption, les produits de supermarché sont vendus sous forme de paniers d’une valeur d’environ 15 euros à -70 %. Un système qui semble parfaitement convenir de toute part. Il suffit de réserver un panier quelques heures avant votre passage ou la veille selon le succès de l’enseigne. Les disponibilités sont indiquées par des pastilles de couleurs vertes oranges ou rouges lorsqu’il n’y a plus rien à « sauver ».

Carrefour Belgique joue le jeu 

Carrefour Belgique a pris la décision de s’associer totalement à TGTG en intégrant tous ses magasins à l’application. Ce sont donc 84 hypermarchés et Carrefour market qui s’ajoute aux magasins déjà partenaires pour arriver au nombre de 240 magasins fonctionnant sur l’application. Une belle prise pour l’entreprise du numérique « Cela laisse espérer que d’autres acteurs aussi importants que Carrefour pourront également s’engager rapidement dans le domaine de l’action climatique » se réjouit Jonas Malisse, initiateur de Too Good To Go qui semble espérer nouer des partenariats avec d’autres grandes enseignes du même acabit. Les consommateurs français désirent probablement un partenariat de la même ampleur. 

L’application est arrivée sur le marché des invendus à point nommé, c’est-à-dire quelques mois après la loi Garraud contraignant les grandes enseignes à faire don des invendus à des associations. C’est ainsi que TGTG a connu une croissance de 1 300 % lors de sa première année d’existence s’exportant en Belgique, en Espagne, au Royaume-Uni, en Suisse, au Danemark et aux Pays-Bas. Alors que la start-up fonctionnait à 10 bénévoles, elle enregistre aujourd’hui 200 employés à l’international et se classe 3e dans les téléchargements d’applications alimentaires juste derrière des mastodontes comme McDo ou Uber Eats. 

Christine LENOYET

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème