Les veaux, victimes de maltraitance animale durant leur acheminement

Publié le 19 août 2016 à 17:36 Aujourd'hui | 10679 vues

Suite à la publication d’une enquête sur le traitement des animaux, l’association CIWF, organisme de défense des animaux de ferme, dénonce les mauvaises conditions de voyage des veaux laitiers français.

L’organisation dédiée au bien-être des animaux de ferme, la CIWF (Compassion in World Farming) révèle dans un rapport les terribles conditions de transport des veaux laitiers français. Selon l’enquête réalisée par les associations allemandes AWF (Animal Welfare Foundation) et TSB (Tierschutzbund Zurich), entre 2014 et 2016, l’Hexagone, deuxième pays exportateur de bovins non sevrés (vers l’Italie et l’Espagne), violerait les réglementations françaises et européennes éditées à ce sujet.

3000 km et 40h de route sans eau ni nourriture

En effet, les veaux issus de l’industrie du lait, « âgés de seulement 10 jours sont transportés sur des distances pouvant atteindre près de 3000 km et plus de 40h de route », a indiqué la CIWF, dans un communiqué. Celle-ci exige donc « l’interdiction des transports longues distances pour les veaux non sevrés » car l’enquête montre que les « veaux et agneaux non sevrés ne peuvent pas être transportés pendant plus de huit heures dans des conditions garantissant leur protection ». Leur souffrance est donc inévitable.

Dans une vidéo diffusée, mercredi 17 août, sur YouTube par la CIWF (disponible ci-dessous), on apprend que plus d’1,3 million de veaux non sevrés ont été transportés entre les pays européens, en 2015. « La majorité des veaux partent d’Allemagne, de France, de Pologne ou d’Irlande, pour être engraissés notamment aux Pays-Bas, en Italie ou en Espagne. », est-il expliqué.

Ce qui n’a pas été respecté

Certaines exigences du Règlement de l’Union européenne n’ont pas été appliquées :

– Aucun des véhicules de transport n’était équipé de dispositifs d’abreuvement adéquats pour les veaux et agneaux, autres que des embouts métalliques pour les porcs (ce qui n’aurait pas convenu même à des animaux sevrés).

– Aucun liquide ou nourriture n’a été fournie aux animaux après 9 heures de transport. Beaucoup de transporteurs ont dépassé le temps maximum autorisé de trajet (qui est de 19 heures).

– Dans un des transports, les veaux étaient en surchargement.

– L’espace en hauteur était un problème général pour tous les transports observés. Normalement, les veaux sont chargés sur trois niveaux et les agneaux sur quatre mais aucun des transporteurs ne respectait cette condition.

La CIWF rappelle la législation : « Nul ne transporte ou ne fait transporter des animaux dans des conditions telles qu’ils risquent d’être blessés ou de subir des souffrances inutiles. »

Roumaissa Benahmed

  1. Foutez moi ces crevures d agriculteurs dans ces camions et abattez les dans lèse abattoirs …le meme sort que ces petits veaux …leurs vies ne vaut pas plus que la leur .

Surprise

Perpète : quand le prêt-à-porter pour enfant pense à la planète

> Toutes les vidéos

Rappel de produit

> Tous les rappels de produit

Sur le même thème